29 septembre : Saints Michel, Gabriel et Raphaël, archanges

29 septembre : Saints Michel, Gabriel et Raphaël, archanges

29 septembre : Saints Michel, Gabriel et Raphaël, archanges

Nous le savons, Catherine de Saint-Augustin a vécu une vie en grande communion avec les saints et saintes du ciel. Elle vit au rythme de la liturgie et l’entraide spirituelle d’une multitude d’âmes de la « cour céleste » est présente à plusieurs moments.

Ainsi, non seulement les saints et saintes lui viennent en aide, mais aussi parfois les ange et archanges, tel que Saint-Michel Archange.

Ce St-Michel, si connu au travers des siècles pour être l’ange du combat contre les forces du mal, sera d’un puissant secours à Catherine, qui elle aussi, avait pour mission de livrer combat aux puissances infernales qui tentaient de nuire au développement de la Nouvelle-France. Étant un de ses protecteurs, il lui avait promis son assistance jusqu’à la mort et de fait, la providence en marqua le sceau, car elle mourut le 8 de mai, jour de la fête de l’apparition de St-Michel.

L’origine de la fête du 8 mai remonte à une des célèbres apparitions de Saint-Michel au Mont Gargan (au Sud de l’Italie), le 8 mai 492.

Il est considéré comme patron et protecteur de la France, particulièrement de la Normandie avec le Mont Saint-Michel, célèbre à travers le monde. L’Archange appose aussi sa signature sur des événements importants de l’histoire de France, notamment la délivrance de la ville d’Orléans par Jeanne d’Arc le 8 mai 1429, de même que la fin de la seconde guerre mondiale le 8 mai 1945.   

Étant ainsi protecteur de la France, il ne fait pas de doute qu’il dût l’être aussi de la Nouvelle-France et donc c’est pour cela qu’il assista Catherine de la sorte dans ses combats.  

Elle-même en écrivait ceci le 29 septembre 1664.

« J'ai eu une très grande certitude de la protection de saint Michel envers moi. J'ai acquiescé avec paix à ce que ce Saint a demandé de moi, que je m'abandonnasse de tout mon cœur aux volontés de Dieu sur moi, quoi que bien rigoureuses & bien amères à tous les sentiments de la nature. Au moment de la sainte Communion, je me sentis prise comme à la gorge par deux mains fort rudes, qui me voulaient empêcher d'avaler la sainte Hostie : J'ai eu recours à saint Michel, & il m'a semblé qu'il a donné la chasse à ces mauvais hôtes ; & après j'ai avalé la sainte Hostie facilement. Il m'est seulement demeuré un mal de gorge à l'endroit où ces mains m'ont pressée. »

Puis, elle continue en parlant des 3 archanges ; Saint-Michel, Saint-Gabrielle et Saint-Raphaël.

« J'éprouve souvent un secours assez prompt de ce que je recommande aux saint Anges ; quand c'est pour les autres que je demande quelque chose. Lorsque j'ai connaissance que quelques-uns ont peine à s'humilier, à souffrir un mépris & une confusion, je m'adresse à saint Michel ; si je sais un cœur dur envers le prochain, je prie saint Gabriel ; lors que j'apprends quelque affaire embrouillée, ou quelque chose qui doive faire peine, ou en particulier ou en général, j'ai recours à saint Raphaël, & je ne le fais guère sans en recevoir un prompt secours. »[1]

 

[1] PAUL RAGUENEAU, La vie de la Mère Catherine de Saint-Augustin, 1671, p.208-209

 


Voir toutes les nouvelles