19 août 1648 : Arrivée de Catherine de Saint-Augustin à Québec

19 août 1648 : Arrivée de Catherine de Saint-Augustin à Québec

19 août 1648 : Arrivée de Catherine de Saint-Augustin à Québec

Après presque 3 mois en mer dans une traversée pénible, le navire « Le Cardinal » accoste enfin à Québec le 19 août 1648, avec à son bord la plus jeune religieuse arrivée au pays, sœur Catherine de Saint-Augustin, qui eût ses 16 ans le 3 mai, quelques temps seulement avant de partir pour le « nouveau monde » le 31 mai. Les conditions de la traversée, déjà difficiles, furent empirées du fait d’une épidémie de peste qui causa plusieurs décès. La jeune Catherine fût elle aussi touchée par l’épidémie, mais en guérira par l’intervention miraculeuse de la Vierge à son endroit, qui lui dira : « (…) on te demande encore pour la terre, que veux-tu ? (...) ». Sa réponse sera la même qui guida toute sa vie ; « Ce que je veux sainte Vierge, vous le savez, que la volonté de votre fils et la vôtre soit faite en moi. » C’est que cette mère céleste la préparait depuis longtemps à une mission particulière en cette Nouvelle-France : mission d’une âme qui allait être le paratonnerre de la colonie naissante, emprisonnant en elle, par permission de Dieu, toutes les forces du mal afin que celles-ci ne nuisent en rien au développement de ce pays selon le plan de Dieu.

À son arrivée dans ce qu’elle appelle « son Petit Paradis de Québec », la cité existe depuis seulement 40 ans et ne compte « pas plus de 500 âmes ». (Hudon, p.40) Dans le livre « Vie de Marie-Catherine de Saint-Augustin, une fleur mystique en Nouvelle-France », l’auteur esquisse un portrait de la situation de la colonie à ce moment-là : « Champlain et les rois de France, en fondant Québec, avaient rêvé d’en faire la capitale d’une France nouvelle, porte-lumière de Jésus-Christ dans le Nouveau Monde. Après quarante ans, Québec n’était encore qu’un pauvre bourg, chef-lieu d’une colonie naissante, au territoire plus vaste que l’Europe, il est vrai, mais peuplé par moins de deux mille Français disséminés à Québec, à Trois-Rivières, à Montréal, dans les missions et au sein des tribus sauvages. (…) ». (Hudon, p.40-41)

Sa mission au « pays des croix », comme on nommait aussi parfois le Canada en raison des conditions de vie exigeantes, débuta ce jour du 19 août 1648. Clin d’œil particulier de la providence, cette date du 19 août allait être dans le futur celle où on célébrera la fête de saint Jean Eudes, mort le 19 août 1680. Il fût toutefois canonisé seulement en 1925, le 31 mai, date du départ de Catherine du port de La Rochelle.

Ce clin d’œil rappelle l’importance et l’influence qu’a eu Jean Eudes dans la vie de Catherine de Saint-Augustin dès son enfance. En effet, c’est au cours d’une mission qu’il prêcha à Saint-Sauveur-le-Vicomte (sa ville natale) qu’elle le rencontra. L’enseignement de Jean Eudes permis de renforcir et d’approfondir chez la petite Catherine la dévotion mariale déjà présente en son cœur d’enfant. Il répandait en France une dévotion en particulier qui lui était chère : la dévotion au Cœur de Marie. La petite Catherine l’adopta alors à son tour et la propagea ensuite en Nouvelle-France. Voilà le lien entre ces 2 êtres dont la vocation fût bien différente, mais qui se rejoignent dans leur amour profond pour Marie.


Voir toutes les nouvelles