22 mai 1800 : Bénédiction de la première pierre de l’église du Monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec

22 mai 1800 :  Bénédiction de la première pierre de l’église du Monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec

22 mai 1800 : Bénédiction de la première pierre de l’église du Monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec

L’église actuelle du Monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec a été terminée et inaugurée en 1803, mais c’est le 22 mai 1800, en la fête de l’ascension, que l’on procède à la bénédiction de la première pierre.

Les religieuses hospitalières attendaient depuis l’incendie de 1755 de pouvoir reconstruire leur église. Elles assistent donc à ce moment avec une très grande joie.

Voici ce qui est relaté à propos de cet événement dans L’histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec, de L’abbé H.R. Casgrain :

« La construction de la nouvelle église, d’une sacristie et d’un chœur pour les religieuses fût commencée dès le printemps de l’année 1800. (…)

La bénédiction de la première pierre eut lieu le 22 mai, fête de l’ascension. L’annonce en ayant été faite le matin au prône de l’église paroissiale, les citoyens y étaient accourus en foule. À l’issue des vêpres, le clergé de la cathédrale se rendit en procession à l’Hôtel-Dieu, où les prières de la bénédiction furent dites par M. Gravé, prêtre du Séminaire de Québec et vicaire général du diocèse.

Une inscription commémorative, gravée sur une plaque de plomb, fut scellée dans la pierre.1  

Les Hospitalières ayant toutes leur voile baissé et agenouillées dans les embrasures des fenêtres d’où l’on avait une vue sur les fondations, prirent part à cette cérémonie qui réalisait pour elles quarante-cinq ans d’attente. L’allégresse de la nature à cette radieuse époque de l’année répondait à l’allégresse de leurs âmes. (…) »

 

1 Sur cette inscription était écrit, entre autres : « En l’honneur de Dieu et de la Vierge Marie, la première pierre de cette église dédiée à la Sainte-Croix, a été posée par F.H. Gravé Vic. Gén. du Diocèse, le jeudi, jour de l’Ascension de N. S. 22 mai de l’année 1800. (…) Cet édifice, entrepris par la foi sur les seuls fonds de la Providence, sera un monument de la charité des fidèles invités à y contribuer. »

 

Cette église, qui a entendu tant de prières monter vers le ciel depuis 2 siècles, est la même que nous pouvons visiter aujourd’hui au Monastère des Augustines, en passant par le Centre Catherine de Saint-Augustin. On y trouve la chasse de la Bienheureuse Catherine, où tous peuvent venir se recueillir et goûter un peu de la paix qui imprègne ce lieu.  

 

G.B.

 

 

 

 


Voir toutes les nouvelles